Journées hypnotiques de Biarritz 18-20 Septembre 2020 – Par Hypnosium

Généralités

Durée : 2 jour(s)
330€, 270€ pour les adhérents € pour les professionnels de santé libéraux
380 € pour les établissements de santé

Présentation de la formation

Les Journées Hypnotiques de Biarritz – Par Hypnosium.

L’événement annuel de l’Institut est les JHB ou Journées Hypnotiques de Biarritz dont le but est d’apporter une formation complémentaire et diversifiée donnée par des formateurs venant de toute la France et de la Francophonie. Trois jours à ne pas manquer !

Il aura lieu l’année prochaine les 18, 19 et 20  septembre 2020 au Grand Large à Biarritz                                                                 Tarif très abordable : 330 € , 380 € institutions, repas du samedi midi, pauses café compris, 270 € pour les adhérents, .  Tarif jusqu’au 30 JUIN 2020

Le style des JHB: convivialité, no-stress et que du « pratique » (cette année 14 enseignants, 22 ateliers qui sont présentés pour la plupart 2 fois, et une conférence ).
Le thème: Toujours identique d’une année sur l’autre: « Voir autrement », ce thème à l’avantage de donner une pleine liberté au conférencier quand au sujet qu’il présentera.

Voici les intervenants et les ateliers pour l’année 2020

Dr BETBEZE Julien, psychiatre – Nantes : Déconstruire les doubles liens.

Dr BLAISSE Bruno, anesthésiste réanimateur – Foix : Boite à outil d’hypnoanalgésie
Cet atelier comportera une succession d’exemples, d’exercices de démonstrations et de mises en situation, tirés de mon expérience de médecin anesthésiste-réanimateur et de formateur en communication hypnotique, gestion du sommeil et hypnoanalgésie.

Son objectif est de proposer un panel d’outils et d’astuces faciles à intégrer à la pratique de chacun de l’aide-soignant au médecin …

Il n’est pas exclu que certains exemples soient en lien avec mon activité de rédacteur des « INFOS D’HYPNOSE » (que vous retrouvez chaque mois sur le site de l’Institut Milton H Erickson de Biarritz) et notamment la perception de l’hypnose par le grand public.

Dr BOCQUET Jérôme, psychiatre – Nice : La consultation, c’est l’angoisse ! Consultations de Corporologie-Organismologie clinique du quotidien.

L’angoisse sous différentes formes est un des principaux motifs de consultation de nombreux cabinets de praticiens, qu’ils soient dans un cadre psychologique/psychiatrique ou de médecine générale, et plus généralement de tous les professionnels de santé. C’est un symptôme moteur de la présence des patients en consultation, c’est une demande de réassurance permanente. Par ailleurs, les praticiens sont souvent pris au dépourvu tant ce signe est alarmant, et souvent contagieux pour le thérapeute lui-même. Bien souvent, le symptôme confronte les thérapeutes à un sentiment d’impuissance tant il est vaste et apparaît comme complexe.

Parce que ce n’est qu’un symptôme, il sera utile dans un premier temps d’accompagner le sujet pour s’y confronter, et d’en diminuer la souffrance, en utilisant différents outils hypnotiques, mais surtout de ne pas négliger les raisons de son apparition, comme une alarme qui indique que l’ensemble du système de fonctionnement corporel est mis en péril, en situation de risque probablement vital. L’angoisse est le reflet d’un dysfonctionnement global plus profond, qui est souvent invisible et imperceptible au patient (au thérapeute aussi parfois !), ce dernier ne sachant pas traduire le sens véritable de son symptôme pénible. Le travail du thérapeute en « Corporologie-Organismologie clinique » (!) sera de permettre au patient d’apprendre à traduire, décoder, sous-titrer son symptôme, et de lui donner les bonnes clés pour permettre une réadaptation du système global qu’est son propre corps, dans son mode et son contexte de vie.

L’objectif de cet atelier, à la fois théorique et illustré de cas cliniques, est de rassurer les praticiens en leur donnant des outils utiles pour accompagner leurs patients face à leurs angoisses, sans se sentir démunis et impuissants en tant que praticiens.

 Dr BURES Éric, anesthésiste réanimateur – Dax  et André HOURCADE (Iade) : La réalité de la réalité virtuelle : atelier pratique avec démonstrations. La réalité virtuelle est une technologie qui permet aux patients d’être projetés, via un système informatique et un casque spécifique, dans un monde virtuel immersif occupant entièrement les champs visuels et auditifs. L’immersion de la personne dans cet environnement s’accompagne d’une sensation de présence, définie comme le sentiment authentique d’exister dans un monde autre que celui où l’on se trouve physiquement. Cette sensation permet un gain de bien-être pendant les soins.  Comme pour l’hypnose, cette technique permet de soulager de manière non pharmacologique la douleur et l’anxiété des malades. Il existe des environnements virtuels spécifiques permettant d’exercer une action sur la douleur et sur l’anxiété.

L’intérêt de la réalité virtuelle ne se dément pas, puisque plus de 8000 publications spécifiques traitant de la réalité virtuelle sont disponibles sur « PubMed », dont environ 20 % publiées ces deux dernières années.

Le développement de la réalité virtuelle fait appel à des praticiens qui pratiquent l’hypnose, notamment pour l’écriture des scénarii. Les neurosciences ont permis de mieux comprendre le mécanisme d’action de ces expériences immersives.

Cette nouvelle technologie fait couler beaucoup d’encre et comme pour tout sujet il y a les défenseurs de la technique mais aussi de farouches opposants. Parmi les questions qui peuvent se poser : la réalité virtuelle ne risque-t-elle pas, à terme de remplacer l’hypnose ?

Les journées hypnotiques de Biarritz paraissent le moment pour faire le point et échanger sur ce sujet et essayer le matériel dans les différents scénarii.

Pr CASTELNAU Pierre, neuropédiatre – Tours : « La Métaphore de Transformation Dynamique : Un outil indispensable » : Tant que le problème ou le symptôme du patient reste un sujet de rumination par l’esprit aucun changement n’est possible. L’hypnose, parce qu’elle permet d’expérimenter les ressentis du corps, ouvre la voie au changement. Un recadrage corps-esprit source de recadrage tout court… 
Après plusieurs années de pratique, notamment chez l’adolescent, je vous propose d’apprendre durant cet atelier à utiliser la Métaphore de Transformation Dynamique. Un outil simple et très efficace qui permet au sujet de se débarrasser de toute sorte d’émotions angoissantes, déplaisantes, de fausses croyances, de peurs et de blocages irrationnels qui encombrent trop souvent le quotidien. Elaboré pas à pas avec votre concours en hypnose conversationnelle, cet outil donne le sentiment au sujet qu’il s’est construit lui-même une arme d’autohypnose sur-mesure et, de surcroît, secrète ! L’atelier comportera une partie théorique et une partie pratique pour mieux maitriser l’utilisation de cet outil thérapeutique tourné vers l’action et aux indications innombrables.

Mme CHAMI Pascale, psychologue clinicienne – Paris : L’autohypnose pour l’enfant : Si l’hypnose en pédiatrie est devenue une évidence, l’autohypnose suscite quelques interrogations : Comment proposer l’autohypnose à son jeune patient (ou à son enfant) ? Pour quelles indications ? A partir de quel âge ? A quel moment dans la thérapie ou le soin ? Quelle forme d’autohypnose ou quelles inductions choisir ? Et enfin quelle est la place des parents dans cet accompagnement vers l’autonomie ?

Cet atelier est une mise en pratique à travers des exemples cliniques, des propositions de jeux pour redonner à l’enfant les clefs de son intériorité, pour lui révéler ce pouvoir intérieur. Cet atelier est une invitation à découvrir ou redécouvrir l’autohypnose comme un outil majeur dans la thérapie chez l’enfant.

Dr DOUTRELUGNE Yves, médecin – Tournai (Belgique) : C’est quand on a accepté de mourir que l’on peut commencer à vivre : VIVRE c’est risquer. Entre autres, c’est risquer de mourir. 
De nombreux risques de toutes natures parsèment nos journées. Et ces risques apportent leur lot de pertes. Quand les émotions nous étreignent au point de nous dissocier, les calmer est utile mais pas suffisant.  La thérapie est l’occasion d’apprendre pour que demain soit différent.  Repérer les croyances, les illusions de solutions, le temps passé à « survivre », dissocié.  Se ré-associer par l’hypnose et les thérapies brèves plurielles. Nous débattrons autour de quelques outils centraux…

Quand le soignant apprend pour lui-même, il transmet par ce qu’il est plus encore que par ce qu’il fait.

Mme FLAMAND ROZE Constance Dr en neurosciences, hypnothérapeute – Paris : Se préparer à réussir : Il existe des techniques qui nous permettent, grâce à un panel d’exercices bien précis, de favoriser notre réussite ou l’accomplissement d’un but.  Les notions abordées vont du sommeil à la confiance en soi, la motivation, la gestion du stress, la préparation aux examens ou aux compétitions… Le praticien se place alors dans une démarche pédagogique et non thérapeutique, il apprend donc à son « élève » à se positionner vers la réussite. Cet atelier propose une introduction à ces techniques très efficaces, enseignées aux sportifs de haut niveau, aux étudiants, aux enseignants par exemple.

M. HALFON Yves
, psychologue clinicien – Rouen : La femme blessée, revivre : Se reconstruire – Comment aider une femme victime de violences ? Tout en respectant la singularité de la victime dans ses perceptions, ses émotions, ses interprétations de cette violence subie, tout en respectant sa culture, nous pouvons l’aider en lui proposant un certain nombre de stratégies hypnotiques pour se reconstruire.

Dr HONORE Frédérique, anesthésiste réanimateur – Biarritz : Vidéos démonstrations de consultations

Dr MEGGLE Dominique psychiatre – Ollioules : « Thérapie brève des phobies : courtes réflexions »

Mme Corinne MOULET : diététicienne nutritionniste micronutritionniste – Dax : De la nutrition émotionnelle à l’hypnose – Quand la nourriture prend le pouvoir, quand les états d’âme et les émotions font manger au-delà de son rassasiement, comment se reconnecter au mangeur intuitif autorégulé en soi ? Quelques recettes hypnotiques…

Dr POURCHET Sylvain, médecin généraliste – Paris : Actualité des TAC : 5 ans après –

Depuis 5 ans, les Techniques d’Activation de Conscience se sont développées et structurées en une pratique reproductible, point de départ de son évaluation. Dans cet atelier, vous découvrez les dernières avancées théoriques et cliniques des TAC ainsi que les premiers résultats des études en cours.

Dr PUICHAUD Jacques, psychiatre – La Rochelle : Hypnose et techniques d’intervention pour la souffrance et la douleur chez l’enfant et l’adolescent.

Dans cet atelier avec le support de situations cliniques et de vidéos de consultations nous nous présenterons des techniques d’intervention utilisant l’hypnose et les thérapies brèves.
Nous avons souvent l’occasion de les utiliser dans notre pratique de pédopsychiatrie en raison de leur facilité de réalisation et de leur rapidité d’efficacité pour apaiser la souffrance qui accompagne la douleur, l’anxiété, les troubles somatiques chez les enfants et les adolescents.
Ceux- ci peuvent se les approprier et les utiliser comme mode de régulation de leur vécu sensoriel et de leur état émotionnel, ce qui est un avantage essentiel en termes d’autonomie
Comme apprendre, c’est agir, au cours de cet atelier, vous aurez une occasion unique de les expérimenter par vous-mêmes.

 Dr QUIN Daniel médecin généraliste – Strasbourg : Communiquer en transe. Les rétroactions idéomotrices : évolution des idées, applications pratiques. Parler se fait habituellement à un niveau conscient. Pour qu’une parole soit valide hypnotiquement, il faut qu’elle vienne vraiment de l’inconscient, donc entièrement automatique sans intervention du conscient. En transe, trois manières de répondre automatiquement, et pas plus : Oui, Non, je ne sais pas. D’où l’intérêt du « signaling ».  Le «signaling» est l’art d’utiliser les mouvements idéomoteurs des doigts.  Nous verrons l’évolution des idées sur les rétroactions idéomotrices et leurs applications pratiques.

SARTINI Thibault cadre de santé – Turin : Yes Set – le pouvoir du Oui

Mme VANHAUDENHUYSE Audrey, Neuropsychologue – Liège : « Conférences d’ouverture et de clôture » :

M. DE MARTINO Joel, psychologue hypnothérapeute – Marseille : Hommage après son décès par le Sars Cov 2

Par Hypnosium, Journées hypnotiques Biarritz

Ils témoignent...

Note moyenne : 18/20

Mes Journées Hypnotiques de Biarritz 2020 :

Chaque année c’est le même problème insoluble…comment assister aux Journées Hypnotiques de Biarritz avec le moins de frustration possible !

Si au moins l’hôtel  « Le Grand Large » où se déroule ce congrès était moins bien situé et n’avait pas une salle à manger avec une immense baie vitrée donnant sur l’océan… De toute façon rien qu’en venant à cet hôtel la route domine la célèbre plage de surf « La côte des Basques » et il y a toujours des planches à l’eau, difficile aussi d’ignorer la toute proche grande plage du casino et ses cafés au bord du sable ! En outre l’hôtel ( en plus de nombreux conférenciers et congressistes) regorge de surfeurs de nationalités multiples au hâle significatif ! Heureusement les salles de formation ne donnent pas sur l’océan mais sur un petit patio qui donne accès à la piscine… ce qui ne peut que faire penser à la réputation de Biarritz en termes de balnéothérapie…et Saint Jean de Luz est toute proche aussi.

Evidemment tout le monde n’aime pas le surf et les bains de mer et peut plus facilement résister aux tentations mais mieux vaut également ne pas pratiquer le golf car Biarritz en possède plusieurs, dont celui d’Arcangues (où l’Institut Milton H Erickson de Biarritz organisait autrefois ses formations) qui est dans un cadre superbe et jouxte le magnifique cimetière où repose Luis Mariano.

Difficile également après une journée studieuse (et passionnante) de rentrer tranquillement dans sa chambre d’hôtel pour se reposer et relire ses notes. Je ne sais pas pourquoi mais à ce congrès je retrouve toujours d’anciens stagiaires (cette année beaucoup de la Guadeloupe) et d’anciens collègues de formation de toute la France et il y en a toujours un pour proposer de se retrouver pour dîner dans un des nombreux restaurants qui entourent l’hôtel soit dans le quartier de la crique du Port Vieux, soit dans le quartier des halles (magnifiques et très vivantes) qui sont à quelques minutes à pied : poissons frais, tapas, fruits de mer, crêpes, spécialités Basques, cuisine italienne…

Inutile d’ailleurs de penser à surveiller sa ligne pendant le congrès car non seulement les repas du congrès et les collations des pauses sont succulents mais Biarritz est bien connue pour son musée du chocolat, ses macarons et autres « mouchous » et il y a trois super boutiques de glaces artisanales (dont une avec une étonnante fresque sur l’hypnose profonde) et un grand bar à bières, à quelques minutes de marche des salles de cours…

Question shopping les tentations ne manquent pas (ne serait-ce que la boutique 64) et il peut même arriver que le congrès coïncide avec la grande braderie de Biarritz !

Quant à ceux qui préfèrent se cultiver les expositions sont nombreuses, l’aquarium magnifique, le musée asiatique réputé et généralement le congrès est aux mêmes dates que le festival de danse contemporaine de Biarritz…

Mais le pire est à venir…le congrès ! Du vendredi après-midi au dimanche midi, 14 conférenciers différents, venant des horizons les plus divers mais tous de haut niveau animent 6 sessions de 4 ateliers d’1h30 simultanés. Même si chaque conférencier intervient en général deux fois comment arriver à choisir entre Megglé et Halfon et Constance Flamand Roze et Betbèze, Honoré et Quin… et renoncer aux « valeurs sûres » pour découvrir de « nouvelles têtes ».  Comment choisir 6 ateliers sur 14 ! Evidemment à chaque intercours les conversations vont bon train et l’on interroge ses relations sur chacun des 3 autres ateliers que l’on a manqués quitte à bouleverser son planning pour voir la seconde session d’un conférencier qui « fait le buzz » …Autant dire qu’entre les collations, les retrouvailles, les discussions avec les conférenciers et la collecte d’information on ne voit pas passer les intercours…

Mais un autre piège attend les pauvres congressistes, redoutable. Entre les salles consacrées aux ateliers, une grande salle est réservée aux représentant de la revue « Hypnose et Thérapies Brèves » et aux Editions Satas. Pour la revue peu de risque je suis déjà abonné…mais il y a tous les anciens numéros que je n’ai pas encore lus ! Quant aux Editions Satas c’est l’enfer : aucune librairie ne présente autant de livres d’hypnose simultanément, des dizaines sur plusieurs mètres de présentoirs, tous plus attirants les uns que les autres, toutes les dernières nouveautés…chaque fois je dois faire des choix cornéliens et dépasse mon budget !

Heureusement le congrès n’a lieu qu’une fois par an, l’année prochaine ce sera du vendredi 18 au 20 septembre…. Et j’ai déjà pris mon inscription car les places sont très limitées et pour moi la pire frustration serait de ne pas pouvoir y aller !


Je reviens, 19,97/20, très satisfait


Que du bonheur, une foule d’informations de qualité

Très bon accueil, formateurs de grande qualité, merci super

Toujours un plaisir de venir aux JHB

comme chaque année, un vrai plaisir

excellente ambiance

envie de revenir à tous les JHB

suggestion directe : Continuez