La 42-ème chronique de Bruno Blaisse

19 juillet 2021

PREAMBULE :

Vous trouverez en pièce jointe le MODE D’EMPLOI  qui explique l’esprit de chaque rubrique et la façon de l’utiliser au mieux et le dossier « QUI EST-CE » pour mieux identifier les auteurs ou intervenants cités.

Ce mois-ci j’ai pris beaucoup de plaisir avec le livre de Giorgio Nardonemais également en relisant le numéro 5 d’Hypnose et Thérapies Brèves vraiment très riche… Quant au livre de Dabney Ewin il est encore plus surprenant et intéressant à la relecture qu’à la lecture !

Bonnes vacances.

DANS LES KIOSQUES :

Cerveau & Psycho. Juillet 2021.6.9 €. « Ecrire pour sortir du trauma. » Nayla Chidiacprésente en détail son expérience des ateliers d’écriture dans le traitement des traumas au CHU Saint Anne à Paris.

 

 

 

Open mind. Juin 2021. 5.95 €. « L’hypnose méditative ». Mélanger auto-hypnose et méditation n’a rien d’original. L’auteure Aline Peugeot a eu une vie très chaotique et constitue un bon exemple de résilience mais je n’ai pas réussi à connaitre son parcours de formation en hypnose et en thérapie.

 

 

 

Comment ça marche. Juin 2021. 4.5 €. « Se soigner autrement : les médecines douces à l’épreuve de la science. » Cette revue s’adresse prioritairement aux « jeunes » et je l’ai trouvée vraiment intéressante. Le dossier sur les « médecines douces » est bien fait et surtout très prudent avec une nette volonté de lutter contre le charlatanisme. L’encart consacré à l’hypnose est très succinct et surtout orienté vers son utilisation en anesthésie. Une bonne initiation pour les jeunes.

 

 

 

Les mystères de la science.  Juillet 2021. 12.9 €. « La conscience est-elle insaisissable ? ». Un article très « neurologique » mais qui n’est pas inintéressant, sans pour autant justifier le prix de la revue…

 

 

 

NOTES DE LECTURE :

« Psychosolutions ». Giorgio Nardone*. Enrick.B. Editions (1998/2019). 9.9 €. L’auteur présente des exemples de succès thérapeutiques rapides pour des « problèmes humains complexes », certains ayant mis la psychanalyse en échec pendant plus de 20 ans ! Ce livre m’a beaucoup fait penser à deux classiques qui rapportent des thérapies de Milton H. Erickson : « Ma voix t’accompagnera » de Sidney Rosen* et « Un thérapeute hors du commun : Milton H. Erickson » de Jay Haley*. Ici aussi j’ai été « bluffé » par le professionnalisme, l’imagination, le sens psychologique, etc. de cet extraordinaire thérapeute italien et n’ai pas pu m’empêcher d’essayer d’imaginer pour chaque cas présenté la solution qui allait être proposée…  sans grand succès le plus souvent, évidemment ! Et oui le but de ces ouvrages n’est pas de donner une méthode précise mais de montrer la mise en pratique de principes de thérapie préalablement expliqués. Les cas présentés sont des résumés et la « solution miracle » ne tombe pas du ciel mais est le résultat du « travail préparatoire » effectué avant la séance décisive. Si vous voulez découvrir le déroulement complet d’une de ces séances lisez l’intégrale des articles de Milton H. Erickson (Collected papers) vous y trouverez le détail mot à mot de plusieurs séances (hélas il manque presque toujours le paraverbal et le non verbal…).  Ne faites pas du « Nardone » pas plus que vous ne feriez du « Erickson » mais éventuellement utilisez son enseignement pour enrichir votre pratique. Les solutions à trouver sont celles de votre patient que vous découvrirez en mettant votre savoir à son service et non en appliquant une recette. Et si cet article vous a mis en appétit, pourquoi ne pas venir à Nantes pour le rencontrer et participer à sa formation, si vous en avez les moyens… (podcast).

PAUSE PARKING :

« Les 50 règles d’or de la communication non violente ». Anne-Laure Boselli*. Larousse. (2021). 4.5 €. Difficile de se couler dans un moule imposé : trop court ou trop long… Ce livre n’échappe pas à ce piège et j’ai trouvé qu’il « allongeait un peu trop la sauce » (VAKOG gustatif !). Au total j’ai observé un livre qui m’a inspiré de la déception face à mon besoin de connaissance et je demande un ouvrage plus convaincant…

 

CLASSIQUES :

« 101 choses que j’aurais aimé savoir quand j’ai commencé à pratiquer l’hypnose. » Dabney M. EwinEd Satas/Le Germe. (2009/2014). 14 €. Il y a deux ans lorsque l’Institut Milton H. Erickson de Biarritz m’a demandé d’animer un atelier aux Journées Hypnotiques de Biarritz j’ai immédiatement repensé à ce titre… et comme il était déjà pris j’ai choisi « Boite à outils d’hypnoanalgésie » !
En fait je gardais un double souvenir de cet ouvrage. D’abord une sorte de bric a brac associant astuces, réflexions, conseils, etc. pour les débutants… et j’ai été surpris de constater que j’en ai importé beaucoup plus que je ne pensais dans ma pratique et mon enseignement.
L’autre souvenir c’était celui d’une forte imprégnation religieuse de certaines rubriques, ce qui en bon français républicain m’avait surpris mais est beaucoup moins choquant aux USA où le Président et les témoins juridique prêtent serment sur la bible ! En fait cette impression a largement été confirmée mais pour certains de nos patients la religion est une ressource puissante qu’il serait stupide et incorrect de ne pas utiliser quand elle peut les aider.
Par contre je ne me souvenais pas des influences psychanalytiques de cet auteur étonnant, médecin, chirurgien puis psychiatre… qui est également un des pionniers de l’hypnoanalyse*.
Au total un livre intéressant et atypique dont je conseille la lecture à mes stagiaires mais en gardant son esprit critique et je leur signale toujours par exemple d’oublier complètement la recommandation 38 « La façon dont on appelle le patient est porteuse d’émotion » : NON, vous n’êtes pas l’ami de votre patient, vous êtes son thérapeute !

PRESSE :

« Méditation : Et si c’était pour vous aussi ? » Sud-Ouest Femina. 20 Juin 2021. Un bon article qui donne envie de commencer.

BONNES PAGES : Hypnose & Thérapies Brèves. N° 5. Mai 2007. 

« Hypnose profonde et thérapie brève. » Dominique Megglé*. Dans cet article l’auteur précise l’intérêt de l’hypnose profonde et ses indications mais explique également comment organiser sa journée d’hypnothérapeute à partir de la célèbre citation de Milton H. Erickson : « Un tiers de mon temps, je fais de l’hypnose. Un tiers de mon temps je ne fais pas d’hypnose. Un tiers de mon temps je ne sais pas ce que je fais. » En fait une magnifique leçon sur la façon d’aborder chaque patient et sa thérapie. A lire quelque soit votre niveau.

« A corps perdu ». Jacques Puichaud* & Jacques Auger*. Autre « pépite » dans ce numéro… A partir de la présentation détaillée du cas difficile d’une très jeune fille avec des troubles de l’alimentation les auteurs montrent la mise en place d’une thérapie organisée selon la « grille d’intervention » élaborée par TACT (Techniques et Application de la Communication en Thérapie) mais surtout en font une explication détaillée et en profitent pour introduire une longue et très instructive réflexion sur l’alliance thérapeutique, les thérapies brèves, leurs méthodes, leurs justifications, etc. Une lecture hautement recommandée !

« Faire fi d’elle ou la pudeur thérapeutique. » Claude Deronzier*. Vraiment ce numéro est très riche ! A partir de plusieurs exemples concrets l’auteur offre une brillante démonstration de l’utilisation de l’hypnose en sexologie féminine mais surtout une magnifique leçon de respect des patientes et de la façon de construire une alliance.
Et si vous avez encore un peu de temps et de forces… vous pourrez lire l’article de Christine Guilloux* « Sur le serpent de mer de l’évaluation… », problème toujours d’actualité… les réflexions du philosophe Mathieu Maurice qui réexamine de façon critique les relations entre Paul Watzlawick* et l’œuvre du philosophe Ludwig Wittgenstein et la présentation par Manfred Prior* du « no set » pour les patients « résistants ».

CONGRES & FORMATIONS :

« Giorgio Nardone : 2 journées sur la dépression ». AREPTANantes. Vendredi 03 et Samedi 04 Septembre 2021. (Podcast). Une occasion unique de rencontrer ce grand thérapeute et enseignant italien. Avant le prochain confinement ?

ADDICTIONS :

« #HAPPY : la dictature du bonheur sur les réseaux sociaux. » La Chaine Parlementaire. 29 Mai 2021. (52 mn). (podcast). Découvrez la spirale infernale des « like ». Vraiment inquiétant.

COVID-19 :

« Santé mentale : la tentation de l’auto-confinement. » France Culture. 23 Juin 2021. (43 mn). (podcast). Avec la psychanalyste  Sophie Braun* et le philosophe André Comte -Sponville.     
« Déconfinement : pourquoi avons-nous besoin de faire la fête ? » francetvinfo. 26 juin 2021. (podcast).  L’analyse de l’anthropologue Emmanuelle Lallement.
« Retour sur le traumatisme de l’épidémie, avec Boris Cyrulnik. » franceintertvL’heure bleue. 28 Juin 2021. (53 mn). (podcast). Le célèbre psychiatre revient sur le traumatisme des morts solitaires du confinement et des deuils difficiles qui en ont résulté.
« Boris Cyrulnik : Après le Covid-19, 40 % des adolescents sont en détresse, c’est faramineux ! » franceinter.fr. 30 Juin 2021. (podcast). Faut-il sacrifier les jeunes pour protéger les vieux ? Quelles leçons tirer pour l’avenir de cette catastrophe sanitaire et culturelle, etc.
« Vous hésitez à vous faire vacciner contre le Covid-19 ? Voici nos réponses aux questions que vous vous posez. » Sciences et Avenir. 3 Juin 2021. (podcast). Une bonne communication commence par une bonne documentation ! Je vous conseille donc de lire cet article très bien fait.
« L’épidémie de Covid-19, facteur de détérioration de la santé mentale des enfants. » Medscape. 02 Juin 2021. (podcast). Triste confirmation par l’étude Confeado. (podcast).
« Long haul Covid recovery worse than cancer rehab for some ». Medscape. 7 Juillet 2021. (podcast). Le difficile problème du Covid-long.

GYNECO-OBSTETRIQUE :

« Se reconstruit-on aujourd’hui plus vite, après avoir subi des violences ? » louiemediaEmotions. Juin 2021. (25 mn). (podcast). Entretien avec la sage-femme Mathilde Delespine. Sachez poser les bonnes questions.
« Dix idées reçues sur les transidentités à démystifier. » Télérama. 17 Juin 2021. (podcast). Apprendre à parler le langage de l’autre…

HYPNOSE :

« L’hypnose thérapeutique. » WebTV. 01 Juillet 2021. (31 mn). (podcast). Une longue émission en direct avec le Dr Gérard Fitoussi*, Président de la Confédération Francophone d’Hypnose et Thérapies Brèves qui présente extrêmement bien notre pratique et donne de précieux conseils sur la façon de choisir son thérapeute.

MEDITATION :

« Comment se libérer des injonctions. » ». France Inter. Sous le soleil de Platon. 8 Juillet 2021. (51 mn). (podcast). Le philosophe psychanalyste freudien Charles Pépin reçoit le philosophe enseignant de méditation Fabrice Midal*qui remet l’être humain au premier plan y compris avec son droit à l’ambivalence. Dommage que Charles Pépin affiche autant son prosélytisme pour la psychanalyse !

NEUROSCIENCES :

« De quoi nos souvenirs sont-ils faits ? ». France Inter. Sous le soleil de Platon. 5 Juillet 2021. (51 mn). (podcast). Le philosophe psychanalyste freudien Charles Pépin reçoit le neurologue Lionel Naccache* pour un très instructif entretien sur le fonctionnement de notre conscience et de notre mémoire.  
« Est-il vrai que les hommes sont incapables de faire plusieurs choses à la fois ? » Sciences et Avenir. 17 Juin 2021. (podcast). Fin d’un fake new et égalité hommes femmes, le cerveau ne peut faire que deux taches à la fois au maximum !
« Les neurones sensibles aux caresses limitent l’inflammation ». Sciences & Avenir. 24 Juin 2021. (podcast). A essayer !
« Sentir d’abord : une exploration de la conscience Antonio Damasio. » franceinter.frL’heure bleue. 23 Juin 2021.  (52 mn). (podcast).  Un entretien avec le célèbre neuropsychiatre portugais qui présente sa théorie de la conscience, très loin de Descartes évidemment !
« Ce que les neurosciences nous apprennent sur notre poids. » Psychologies. 13 Juin 2021. (podcast). Les explications de la neurobiologiste Sandra Aamodt.

PEDIATRIE :

« Avoir raison avec… Françoise Dolto*. » France Cuture. (podcast). Une série de 5 émissions autour de l’œuvre de la pédiatre psychanalyste.

SOMMEIL :

« How dreams might prepare you for what’s next. » Medscape16 Juin 2021. (podcast). Une nouvelle étude essaye de vérifier si nos rêves servent à nous préparer à l’avenir.
« L’art de la sieste. » France InterGrand bien vous fasse. 14 Juillet 2021. (54 mn). (podcast). Rediffusion de l’émission du 21 Juin 2019.

SYNDROME DE STRESS POST TRAUMATIQUE :

« Suspicion. L’agression. France InterAffaires Sensibles. 22 Juin 2021. (54 mn). (podcast). Ecoutez le début de cette émission pour comprendre comment se construit un SSPT*

THERAPIE :

« L’hypnose contre le stress chronique ». Manuel Sciences de la Vie et de la Terre. Terminale enseignement de spécialité. Ed Belin. (2020). Les révisions du grand oral du baccalauréat sur le stress peuvent amener de bonnes surprises ! L’article d’une page est succinct mais correct, propose un exercice d’auto hypnose (cher à Mme Betty Erickson) pour affronter le stress des examens… et présente l’EMDR* comme traitement des SSPT*.  L’expert invité est Emmanuel Soutrenon*, psychologue de l’Institut Ipnosia* (conforme aux règles de la CFHTB*).
« Comment apprivoiser son trac en cette période de Grand Oral ? » France InterGrand bien vous fasse. Mercredi 16 Juin 2021. (52 mn). (podcast). Avec les conseils de Constance Flamand Roze*. Valable aussi pour d’autres oraux !
« Comment vaincre ses obsessions ? » France InterGrand bien vous fasse. Jeudi 03 Juin 2021. (51 mn). (podcast). Avec Antoine Pelissolo*, François Lelord* et Sébastien Bohler*. 
« Musicothérapie en consultation. » Medscape. 07 Juin 2021. (podcast). Des exemples de son utilité en gériatrie.

PRESCRIPTION DE TACHES :

Observez sur la plage au moins 10 parasols différents et décrivez-les mentalement.

En randonnée en montagne arrêtez-vous 2 minutes, fermez les yeux et identifiez au moins 3 sons différents.

N’importe où :

  • Pensez à vos 5 parfums de glace préférés, fermez les yeux et dégustez-les.
  • Fermez les yeux et observez les différences de sensations entre votre pied gauche et le droit (ou l’inverse).
  • Ouvrez la porte du réfrigérateur et identifiez au moins 2 odeurs différentes.

OUTILS :

« Qu’est-ce que le Pop It, ce papier bulle perpétuel avec lequel les enfants s’éclatent ? » francetv.info. 11 Juillet 2021. (podcast). De quoi s’occuper les mains quand l’envie de fumer est trop forte !

TENDANCES-VOCABULAIRE :

« Nomophobie ». Contraction de « no mobile phobia » : phobie de ne pas avoir son mobile avec soi.
« Hikikomori » : jeune retranché chez lui et qui ne prend plus part à la société depuis plus de six mois, sans qu’aucune pathologie mentale n’ait pu être identifiée. (Wikipédia).
« Hypno-analyse » : Psychanalyse associant l’hypnose à l’analyse classique.

 CITATIONS :

« Si une pierre a été déposée sur une plante en croissance, elle va gêner cette croissance et sa vie. Comme ce livre l’explique, la thérapie brève consiste à enlever cette pierre de la vie des gens afin qu’ils puissent grandir. »

Bill O’Hanlon.

« Ne plus faire de choses qui ne marchent pas.
Le bon sens qui ne fonctionne pas, ce n’est pas le bon sens !
Il n’y a rien de plus logique qu’une intervention paradoxale ! »

Yves Doutrelugne

 « Nous sommes des soignants, pas des bourreaux ni des sauveurs.
Le rire permet au soignant de laisser l’enfant à sa place d’enfant, de grand rêveur.

Kathy Prouille »

« Les introvertis heureux, ceux qui ont une vie intérieure riche ont adoré cette période. À l’inverse, les extravertis, pour qui la vie extérieure est importante, ont très mal vécu les confinements. Il y a ceux qui étaient déjà fragiles au niveau psychique et qui le sont encore plus en cette période. (…) Par définition les personnes qui sont restées chez elles, on ne les voit pas. Je crois que cela concerne toutes les générations aujourd’hui. C’est difficile aussi de les dénombrer. Avant le Covid il était déjà difficile de les compter car il y avait des dénominations différentes : burn out, charge mentale, phobie scolaire, dépression. Derrière ces dénominations différentes il y a un phénomène grave en sous-terrain qui est la peur de l’autre comme une relation. Il faut dire que le virus est toxique mais les gens ne le sont pas. »

Sophie Braun

« Il n’y a pas de connaissance vraie des choses, mais seulement une connaissance relative, ou en d’autres termes, une connaissance fonctionnelle qui nous permet de gérer les réalités avec lesquelles nous interagissons.

Nous choisissons d’étudier les modes d’action qui fonctionnent le mieux face à une réalité dont nous ne sommes jamais véritablement certains qu’elle soit vraie parce qu’elle est le produit de nos a priori, des outils qui nous permettent d’acquérir nos connaissances, et de notre façon de communiquer. C’est cette approche que l’on appelle le constructivisme.  Sachant qu’il est impossible d’atteindre une réalité définitive, le constructivisme vise à un savoir opérationnel le plus adapté. »

Giorgio Nardone.

 « Chaque fois que des solutions tentées sans succès sont à nouveau appliquées, non seulement elles ne résoudront pas le problème mais elles le compliqueront, formant un cercle vicieux par l’effet duquel des actions qui avaient pour but de changer la situation vont, au lieu de cela, perpétuer ce qu’elles étaient destinées à changer. »

Paul Watzlawick.

 « Le fait d’établir un lien entre quelque chose d’inconnu et quelque chose de connu soulage, apaise, satisfait, et donne également un certain sentiment de puissance. L’inconnu comporte également une part de danger, il dérange et suscite une certaine appréhension. L’instinct premier sera de supprimer des situations aussi déplaisantes. Principe Numéro un : une explication, quelle qu’elle soit, vaut mieux que pas d’explication du tout. Puisqu’au fond, tout se résume au désir de se libérer des pensées oppressantes, ne pas se poser trop de questions sur les moyens d’y parvenir. La première pensée par laquelle nous expliquons l’inconnu comme étant quelque chose de connu nous fait tellement de bien que nous y accordons foi. L’instinct de causalité, qui nous pousse à trouver des causes, est par conséquent déterminé et suscité par des peurs. »

Friedrich Nietzsche.

 « Je peux difficilement rapporter quelle influence les mots du médecin ont sur la vie du patient, ni combien ils influencent son imagination ; un médecin qui a la langue bien pendue, et qui est maître dans l’art de la persuasion, convaincu de la vertu de ses remèdes et élevant la foi et l’espoir de ses patients peut parfois maîtriser les maladies les plus difficiles avec les remèdes les plus simples. »

Georges Baglivi (1704).

« Il est émotionnellement plus facile d’arrêter une mauvaise habitude plutôt que de la quitter. »
Parfois il est plus drôle de dire « Essaye de ne pas rire » quand je suis sur le point d’injecter un anesthésique local. Alors, le plus souvent, les patients rient, même si c’est un peu douloureux.
La perception de la sécurité fait défaut chez tous les anxieux. Jusqu’à la fin de l’induction chez un patient anxieux, résistant ou inconfortable, je n’hésite pas à dire « Vous êtes en sécurité ici, et je ne laisserai rien vous arriver. C’est parfait d’aller aussi loin que vous avez besoin d’aller pour résoudre ce problème. »
Impossible est un mot qui transforme une suggestion négative en une suggestion positive.
Un patient en transe perçoit l’hypocrisie et l’incertitude comme s’il était muni d’un radar, et cela conduit à un manque de confiance et d’alliance. »

Dabney M. Ewin

 « un certain nombre de patients ont juste besoin de parler et d’être écoutés sérieusement. Si Erickson était un bon communicateur, c’était parce qu’il était d’abord un bon auditeur attentif et compatissant.la bonne médecine commence quand on met le patient et son expérience personnelle au premier plan.
Quand on est bon auditeur, on accepte, comme une évidence, de ne pas toujours savoir où le patient nous emmène. Sinon, ce n’est plus de l’écoute !
…Il faut obtenir du patient qu’il reste actif pendant tout le déroulement de sa thérapie. « 

Dominique Megglé.

 « Vouloir le faire changer, rapidement, autoritairement, c’est remettre en cause ce que le patient a, pour le moment, trouvé de mieux pour calmer sa souffrance. Il appartient au thérapeute de créer un cadre et d’ouvrir des possibilités de choix permettant au patient une alternative, un choix nouveau dont le patient puisse s’attribuer le mérite.

L’hypnose est une technique de communication spécifique qui utilise les capacités naturelles du patient à focaliser son attention et à modifier son vécu émotionnel, sensoriel, ainsi que ses représentations mentales. Son utilisation a pour but une mobilisation de ses ressources conscientes et inconscientes. L’hypnose invite à explorer un cadre où une autre réalité peut être expérimentée ; un « cadre à part », et pourtant appartenant à l’ici et maintenant du processus thérapeutique.

 Jacques Puichaud et Jacques Augier.
« Surtout veillez à ne rien changer que vous ne vouliez vraiment. »

Claude Deronzier